Couple : jalousie et possession

La relation de couple est passionnante et si compliquée en même temps. Car elle met en exergue tous nos comportements, blessures, systèmes de protections que nous avons mis en place dès le plus jeune âge.

La jalousie n'est pas de l'amour, c'est de la peur.

D'où viennent ces peurs ?

Nous allons vivre des blessures durant notre enfance,

Peut-être qu'à l'âge de 3 mois, vous êtes dans le berceau, avec votre mère, et soudain, vous ne la voyez plus. Cela peut durer 5 secondes seulement, mais la peur est déjà inscrite dans les cellules. Une peur est née, elle est intense, violente, le bébé croit mourir tellement la peur, la douleur est forte.

Alors le bébé va revivre plus ou moins la même situation se répétant tout au long de la vie, dans le but de guérir de cette blessure. L'être devenu grand pourra alors dire : "Mais pourquoi je vis toujours la même situation ? Pourquoi m'abandonne t-on tout le temps ?"

La vie demande la guérison.

La peur d'être abandonné, rejeté, peut engendrer la possessivité. Si je possède l'autre, il m'appartient, il ne me quittera plus. C'est un leurre malheureusement, car personne n'appartient à personne. Lorsque nous nous donnons assez d'amour, il n'est plus besoin de posséder l'autre. Lorsque les blessures sont guéris, la jalousie n'a plus de place.

Le but de l'amour n'est pas de ne plus sentir de tristesse du tout, ce n'est pas parce qu'on se donne suffisamment d'amour que l'on ne va plus sentir la douleur d'amour.  Tout est une question d'équilibre. L'être est traversé par les émotions, la tristesse, la colère, la joie, le tout est de ne pas la garder en sois, la cristalliser, la bloquer.

Nous vivons une expérience ou nous sommes séparer, et il est grisant de se sentir à nouveau unis lorsque le couple se forme. Il est important de ne pas en créer un dépendance, pour sentir que l'autre permet le partage, mais n'est pas là pour combler un manque.

C'est comme boire un café. Si vous pensez que votre tasse est vide, et que le seul moyen de boire du café est de boire le café de l'autre, alors vous serez dépendant toute votre vie.

Si en revanche, vous baissez les yeux et constatez que votre tasse est remplis de café, alors vous aurez de la joie à gouter le café de l'autre, et à faire gouter le votre. Mais vous ne serez plus dépendant du café de l'autre. Et là, vous reprenez votre pouvoir personnel. Vous n'être plus une victime ou bourreau de l'autre, vous êtes dans le simple partage.

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram

Yuna Charbonneau

5, rue des myosotis, Montpellier

 06.73.44.62.14

yunabzh@gmail.com

Numéro SIRET : 853 142 289 00018